Revivez le conflit Lip à travers une fresque vibrante: hommage aux ouvrières de 1973 à Besançon

Une fresque rendant hommage à l’engagement des ouvrières de l’entreprise horlogère Lip a été dévoilée ce samedi dans le quartier Palante à Besançon, marquant ainsi les 50 ans du conflit social de 1973. Cette fresque, située sur un immeuble de la rue Berlioz, est tirée d’une photo d’archive prise lors d’une assemblée générale du mouvement. Elle met en avant exclusivement des femmes, mettant ainsi en valeur leur rôle essentiel dans le mouvement social.

Denise, une ancienne ouvrière de Lip, se souvient avec émotion de cette époque. Elle était responsable de la garderie pour les enfants des ouvrières pendant le conflit et était également impliquée dans de nombreuses commissions. Pour elle, cette fresque est d’une grande importance pour ne pas oublier les événements de cette période et pour rendre hommage à ceux qui ont été touchés par le conflit.

Au pied de la fresque, Claude et Alain, anciens syndicalistes à l’époque, expriment leur satisfaction de voir enfin la reconnaissance de l’investissement des ouvrières. Ils soulignent l’importance du rôle des femmes dans le mouvement social et leur participation active dans le conflit.

La fresque a été réalisée par l’artiste bordelaise Rouge Hartley, qui s’est basée sur une photo prise en 1973 par Bernard Fail. Cette photo montre le public lors d’une assemblée générale, mettant en évidence la présence importante des femmes. Rouge Hartley a passé cinq jours à transformer cette photo en une fresque de quatre étages. Elle explique que cela nécessite une technique complexe avec de nombreux repères et une gymnastique mentale importante pour recréer l’image de manière fidèle tout en prenant en compte les contraintes liées à la photographie ancienne.

  Cyberattaque à Annecy : comment la mairie a repris le contrôle et mis KO les pirates ?

Rouge Hartley compte ajouter des fleurs des champs à la fresque en noir et blanc. Pour elle, les fleurs symbolisent la lutte et l’émancipation, mais aussi la vulnérabilité et la capacité à renaître. Ce clin d’?il aux fleurs des champs devrait être ajouté au printemps.

Cette fresque est donc un hommage poignant à l’engagement des ouvrières de Lip pendant le conflit social de 1973. Elle rappelle l’importance de leur participation et leur rôle essentiel dans ce mouvement historique. Elle est également un témoignage de l’art et de l’engagement de l’artiste Rouge Hartley. Cette fresque restera sans aucun doute un symbole fort dans la mémoire collective de Besançon et de la Franche-Comté.

ml ph