De la folie à la passion : le couple qui réveille l’histoire endormie du Château de Beaupré !

« On nous dit souvent qu’on est fous », près de Besançon, un couple s’attelle à redonner vie à un château et une chapelle chargés d’histoire

À Roche-lez-Beaupré (Doubs), le château de Beaupré et sa petite chapelle sont, depuis deux ans, propriétés de deux passionnés d’architecture et d’histoire. Un chantier titanesque les attend.

Perrine Guillerey et François Kleinclauss nous reçoivent dans ce lieu incroyable. Ils cherchaient une maison où vivre avec leurs enfants. Le coup de coeur a été immédiat. « François m’a dit, il y a un lieu avec un prieuré, une chapelle, des douves, une ferme » J’ai dit : non mais n’importe quoi ! » se souvient la nouvelle propriétaire. « On est tombés amoureux du lieu, et on a signé en trois jours » raconte le couple.

Un lieu chargé d’histoire et de personnages célèbres

Cette vétérinaire et ce médecin ont réussi avec l?aide des archives diocésaines, notamment à retracer une partie de l’histoire du domaine de Beaupré. « Tout ce concentré d’histoire dans un lieu, ça nous a passionné » confie Perrine Guillerey au micro de notre journaliste Emmanuel Deshayes. Il faut dire que du beau monde est passé ici. « La dépouille de Granvelle est restée quatre jours dans l’église avant ses funérailles à Besançon. À la Révolution, le prieuré est fermé et Laurent Mégevand reçoit le lieu. C’est le début de l’horlogerie en Franche-Comté. Ça ne fonctionne pas très bien, Mégevand fait faillite. Et la fille de Jean-Agathe Micaud, maire de Besançon de 1835 à 1843, refait alors le parc, avec Delacroix l’architecte municipal. Il dessine un parc à l’anglaise » détaille le couple.

  Découvrez le Musée de la Résistance à Besançon: Un Voyage Émouvant Entre Histoire, Résilience et Art

Même Charles de Gaulle a dormi ici le 18 mai 1950. Le domaine était alors propriété de Jacques Weinmann, grand résistant et ancien député du Doubs.

« Ce lieu était mort, on essaie de le faire revivre. Ça prendra le temps que ça prendra ! »

Remettre en état la petite chapelle néo-gothique de 1861 dont le toit s’effondre, refaire les parquets, travailler dans le jardin, remettre en état la ferme… Le chantier s’annonce immense. « Tout le projet est de retrouver ce lieu typique du 19e siècle » explique la propriétaire. À quelques kilomètres de Besançon, les nouveaux propriétaires souhaitent ouvrir le domaine, au public, pour des événements, des réceptions. Ces amoureux du patrimoine ne se voient pas garder ce trésor pour eux.

Certains travaux de restauration ont déjà été réalisés. Les propriétaires mettent la main à la pâte, des artisans interviennent régulièrement. Les propriétaires ont obtenu le label de la fondation du patrimoine. La Région et le Grand Besançon vont les aider à créer cinq chambres d’hôtes et un gîte dans l’ancienne ferme du domaine.

« C’est un chantier titanesque dont on n’avait peut-être pas conscience quand on a acheté » Il faudrait encore 2,2 millions d’euros pour finaliser le projet. Ça va se faire, mais étape par étape, progressivement. Je pense qu’on a signé là pour toute une vie »

Le couple, très attaché à son projet, espère obtenir l?inscription aux monuments historiques dans la catégorie parc et château. Un classement qui apporterait certes des contraintes, mais aussi des possibilités d’aides financières pour préserver ce bijou du patrimoine des environs de Besançon.

  Le Printemps de Poetes
ml ph